De la cour du Louvre à la place de la cathédrale.

« Plus de diktats » pourrait être le slogan de la prochaine « Fashion Week ». Ainsi, les tendances ont de plus en plus de plomb dans l’aile. Les divinations des grandes prêtresses de la mode qui imaginaient les couleurs ou les formes avec six mois d’avance ne sont plus. En 2019, tout se portent et ce sont les consommateurs qui imposent leur style. Les nouvelles fashionatas se tournent vers le durable et l’intemporel.

Qualité, confort et une touche personnelle voilà les trois vertus cardinales de la mode, sans oublier une pincée de DIY. Jusqu’en mai prochain, les musées de la ville de Rouen jouent à jeu égal avec la capitale et propose cinq expositions gratuites qui racontent l’histoire de la mode à l’aide d’archives sorties du mystère des réserves. Elégantes et dandys investissent le musée des Beaux-Arts.

A la rencontre des dandys

De 1820 à 1840 le romantisme est à son apogée. C’est le temps des robes corsetées, des jupes en forme de cloche, des manches dites jambe de mouton ou gigot et des chapeaux immenses recouverts de plumes, de rubans, ou de fleurs.  Sacs, éventails et châle en cachemire qui parfois remplacent les manteaux témoignent de l’extravagance de l’époque. Avec un peu de chance vous croiserez Honoré de Balzac, Jules Barbey d’Aurevilly et Guy de Maupassant qui ont adopté le chic anglais et se promènent dans les couloirs de l’exposition en redingote, gilet court et bottes de cuir.

Le manteau de Sherlock Holmes

A Elbeuf La Fabrique des Savoirs raconte l’histoire du drap de laine du Moyen Âge à nos jours. Une matière chaude, imperméable et résistante utilisée pour les vêtements des militaires ou des ecclésiastiques. Mais aussi, une matière noble, très prisée par les grands couturiers : Lanvin, Hermès, Dior, Courrèges et par le plus célèbre des détectives, l’éternel Sherlock qui arpente les rues de Londres dans un manteau aussi célèbre que sa pipe. Au sein de la corderie de Valois une exposition sur les cotonnades imprimées de Normandie aussi belles et renommées que celles produites à Jouy-en-Josas ou à Mulhouse. Sortie des collections pour l’occasion de magnifiques indiennes qui ont fait la richesse de la vallée du Cailly dès le 18ième siècle. Une occasion unique de puiser dans ce patrimoine les motifs des vêtements de demain.

Mariage réussi entre ferronnerie d’art et roi du métal

Par ailleurs, les bijoux se sont installés, quant à eux, au Musée de la Céramique. Un précieux bric-à-brac : amulettes de Nouvelle-Guinée, fibules mérovingiennes, bijoux traditionnels normands etc. Châtelaines accessoire-bijou accroché à la ceinture ou parures d’Océanie portés par des guerriers investis de pouvoirs surnaturels. Rue Jacques Villon, le musée Le Secq des Tournelles un des plus beaux de la ville, dédié à la ferronnerie reçoit le roi du métal Paco Rabanne. Vidéos, document, vêtements pour redécouvrir la carrière de celui qui dès les années 60 affirmait : « Une machine à coudre ? C’est un instrument bon pour le musée… J’emploie d’autres instruments qui me permettent d’aller plus vite, comme le marteau, les pinces, les tenailles…

Une Fashion Week ouverte à tous

Le Musée des Antiquités permet aux jeunes stylistes en herbe de se nourrir d’une magnifique collection de textiles coptes dont les premiers datent du IV siècle après JC : méandres géométriques, couronnes torsadées, entrelacs de motifs végétaux dans lesquels s’animent des personnages ou des animaux, motifs de poissons et de dauphins une thématique chère à l’art gréco-romain démontrent tout le talent d’un savoir-faire millénaire. Une « Fashion Week » délicieusement calme, provinciale et ouverte à tous. Des expositions pour piocher sans aucune retenue dans des archives qui feront les vêtements de demain. En conclusion, une ballade qui aurait très certainement plu à KL. « Il n’y a plus de mode disait-il, rien que des vêtements ».

LE TEMPS DES COLLECTIONS VII jusqu’au 19 mai 2019
« Elégantes et dandys romantiques » au Musée des Beaux-Arts
« Vous avez dit bijoux » au Musée de la céramique
« Paco Rabane, Métallurgiste de la mode » au Musée Le Secq des Tournelles
« Drap de laine, de l’utile au sublime » à La Fabrique des Savoirs
« Belles d’Égypte » au Musée des Antiquités
« Du coton et des fleurs : textiles imprimés de Normandie » à La Corderie de Valois

Renseignements et réservations sur le site de la RMM www.musee-rouen-normandie.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Infos Mode