Le Saint live ou presque

Début de l’été, une petite session de shopping dans Paris. Tin Tin Tin Tin Tiiinn Tin Tiinn… Une petite musique sonne à mes oreilles… Koâ, Le Saint est à Paris ? Hélas non… Pas de Roger Moore au brushing impeccable… Pour les plus jeunes (je précise tout de même que je n’étais pas née dans les années 60), Le Saint  est à la base une série de romans policiers, où le héros, Simon Templar dit Le Saint est un mélange britannique de James Bond (il bosse parfois pour Scotland Yard), d’Arsène Lupin-Robin des Bois (il ne vole que les méchants) et de Brett Sinclair d’Amicalement Vôtre (pour le côté play-boy british en goguette sur la Croisette).

L’auteur, Leslie Charteris, sino-britannique, a publié le premier volet de ses aventures en 1928 et pilotera lui-même la série télévisée entre 1962 et 1969. Simon Templar est alors incarné par Roger Moore, qui se glissera par la suite dans les costumes de James Bond et les chemises de Brett Sinclair. Le légendaire flegme d’outre-Manche associé au côté redresseur de torts et aux demoiselles pas si innocentes mais désarmées par ce charme irrésistible, sans compter parfois quelques coups de griffe contre les Froggies, feront de la série et de l’acteur un succès international.

 

[nggallery id=70]

 

Le tournage  (en noir et banc au début) commence en 1962 avec une P1800, prêtée par Volvo : bien évidemment pour un héros au service de sa Majesté, une Jaguar avait été prévue à l’origine, mais le constructeur aurait fait la sourde oreille. Un second modèle de la même voiture est prêté par Volvo en 1964, il sera légèrement modifié en 1965 (entre autres, le pare-choc d’un tenant). C’est également en 1965 que le Saint passe d’un modèle P1800 à un modèle P1800S, Volvo restant même disponible pour apporter des modifications au modèle de série.

Hélas pour moi, ma rencontre dans les rues de Paris semble plutôt être (sous réserve des corrections des lecteurs) une Volvo Amazon Série 120, construite entre 1956 et 1970 à  667 323 exemplaires. Mais aucune déception devant cette carrosserie sixties aux arrondis soulignés par quelques lignes directrices parfaites. Un petit bémol à la couleur, je ne suis pas fan du bleu marine, trop college girl à mon goût… Mais quel plaisir de fredonner la musique d’Edwin Astley…

Les commentaires sont fermés.

© 2022 Infos Mode