Vol de bijoux

Si vous rêvez de porter les boucles d’oreilles de « La jeune femme à la voilette » de Degas ou d’emprunter le collier du portrait de Marie-Antoinette, dit à la rose, peint par madame Vigée le Brun, la réunion des musées nationaux (RMN) vous propose de jouer les voleuses d’âmes. Des bijoux dérobés sur des toiles de maître et copiés avec exactitude. Pendants d’oreilles, colliers, bracelets, étoles, portés par des inconnues ou par des célébrités.

Avec le médaillon du « Bal du moulin de la Galette » ou les Dormeuses du « Déjeuner sur l’herbe », vous êtes projeté dans le temps. Il suffit de fermer les yeux pour entendre le brouhaha joyeux de la guinguette ou de tendre l’oreille pour percevoir le souffle de la révolte provoqué par l’œuvre de Manet. Vendues entre 40 et 200 euros dans les boutiques des Musées Nationaux ( Le Louvre, Le Musée d’Orsay , Versailles, Saint Germain en Laye, etc.) vous êtes certaine que le prix de votre larcin ne figurera pas parmi les grands vols de l’histoire. Aucun risque d’être embastillée.

Musée d’Orsay
– les boucles d’oreilles de la « Jeune femme en toilette de bal » de Berthe Morisot,
– les dormeuses du « Déjeuner sur l’herbe » d’Edouard Manet,
– les boucles d’oreilles de « Madame Jeantaud au miroir » d’Edgard Degas,
– les pendants d’oreilles de la « Jeune femme à la voilette » de Pierre-Auguste Renoir,
– le collier de « L’Italienne » de Vincent Van Gogh,
– le médaillon du « Bal du moulin de la Galette, Montmartre » de Pierre-Auguste Renoir,
– le collier du « Portrait de Mademoiselle Thadée-Caroline Jacquet » d’Edmond Aman-Jean,
– le pendentif de « L’Olympia » d’Edouard Manet,
Musée des Beaux-arts de Lyon
– les boucles d’oreilles portées par la « Paysanne niçoise, Célestine » de Berthe Morisot, Musée du château de Versailles
– les boucles d’oreilles goutte de cristal du portrait « Marie-Antoinette de Lorraine-Habsbourg, Reine de France et ses enfants » de Louise-Elisabeth Vigée Le brun,
– le collier deux rangs et le bracelet trois rangs de perles nacrées, du portrait de « La reine Marie- Antoinette dit A la rose » de Louise-Elisabeth Vigée Le Brun,

Musée Masséna à Nice
– le vase du « Portrait en pied de l’impératrice Joséphine tenant une lettre » d’Antoine-Jean Gros,

Musée du Louvre
– les boucles d’oreilles et le collier d’après le « Tricheur à l’as de carreau » de Georges de La Tour,
– l’étole en jacquard d’après le « Portrait de Madame Panckoucke » d’Ingres,
– l’étole en laine ajourée du tableau « Les deux soeurs » de Chassériau.

Les commentaires sont fermés.

© 2022 Infos Mode