2/3 des logements sont en insécurité électrique

Tiens, il y a un faux contact avec la prise de la salle de bains où vous branchez votre sèche-cheveux… Et dans le salon, vous songez à rajouter une autre multiprise avec la télé, votre tout nouveau dock IPod et l’ordinateur pour brancher votre console de jeux… Stop ! Vous risquez soit de faire partie des 1 500 victimes d’électrisations (le fameux « coup de jus »), ou des 400 morts chaque année par électrocution (faut-il le rappeler, comme Claude François), soit, en surchargeant votre installation de déclencher un des 80 000 incendies dus chaque année aux installations électriques dangereuses, soit plus de 200 par jour ! Sans compter tous les ans à Noël, les journaux font part d’incendies liés à de banales guirlandes électriques… Les multiprises surchargées, les installations défectueuses ou obsolètes sont à l’origine de 30 % des incendies en France.

Ces chiffres alarmants sont issus de la dernière étude réalisée par l’Observatoire national de la sécurité électrique (ONSE), qui constate que les 2/3 des logements de plus de 15 ans vendus entre 2009 et 2011 n’étaient pas en sécurité électrique. « 79 % des parties privatives de maisons et de logements collectifs et 53 % des parties communes de bâtiments collectifs privés n’ont pas d’installation de mise à la terre, précise l’ONSE. La présence de matériels vétustes ou détériorés est constatée dans 74 % des parties privatives de maisons et logements collectifs et 83 % des parties communes de bâtiments privés ». Globalement, 16 millions de logements, construits avant 1974, sont potentiellement concernés, sauf s’ils ont fait l’objet de travaux spécifiques soit de mise en sécurité, soit de mise aux normes.

Prises 2 DR

Pour connaître l’état de votre installation électrique, lors d’un achat immobilier, il suffit de lire attentivement les conclusions du diagnostic électrique obligatoire pour les installations de plus de 15 ans. Parmi les principales anomalies constatées : le défaut de mise à la terre, les matériels vétustes ou détériorés, ou encore l’absence de dispositif de protection contre les surintensités. Pour les locataires, vous devez en discuter avec votre propriétaire : celui-ci est tenu de vous louer un logement décent (article 2 alinéa 4 du décret du 30 janvier 2022 sur le logement décent). S’il fait la sourde oreille, rappelez-lui qu’il sera tenu pour responsable en cas de problème…

Sachez que vous pouvez faire une évaluation en ligne de votre installation grâce au quiz spécifique que l’association Promotelec, qui vise notamment à renforcer la sécurité électrique des logements, a mis en ligne sur son site internet. Si vous envisagez de faire des travaux, sachez qu’il vous faudra compter en moyenne environ 2 000 euros pour un appartement et 3 000 euros pour une maison pour mettre votre installation en sécurité. Et surtout, évitez de bricoler vous-même : l’ONSE a constaté ces dernières années une mise sur le marché croissante de produits dangereux ne respectant pas les normes élémentaires de sécurité tels que des disjoncteurs, des prises multiples, des rallonges… Selon le LCIE Bureau Veritas, seuls 30 % des produits présents sur le marché font l’objet d’une certification attestant de la conformité des produits.

Les commentaires sont fermés.

© 2022 Infos Mode